La loi des facteurs limitants

Clio Marshall

Vous connaissez la loi des facteurs limitants ? C’est en parlant du bilan de Kinixys avec le Bûcheron que j’en ai découvert l’existence, lorsqu’il a lancé avec une désinvolture presque moqueuse un « ah oui, c’est la loi des facteurs limitants quoi ».

La loi des facteurs limitants, c’est donc ce sur quoi s’est construite l’Approche Globale de Bouillon de Poney, mais sans le savoir.

Imaginons que vous ayez une barrique. Chaque planche correspond à un élément indispensable (eau, soleil, azote etc…), et le niveau d’eau correspond au rendement d’une culture. L’idée de la loi du minimum, comme elle est aussi appelée, c’est que le niveau d’eau sera limité à la planche la plus courte. Le rendement sera limité par celui des éléments qui vient à manquer en premier. En d’autres termes et pour reprendre l’exemple donné par le Bûcheron, si vous manquez de soleil, il ne sert à rien d’ajouter de l’eau.

Lorsqu’il y a quelques années, j’ai proposé à Tasmin de compléter mes analyses comportementales avec ses compétences ostéopathiques, c’est parce que j’étais très souvent confrontée à ces facteurs limitants. Imaginons que le bien-être du cheval soit le niveau d’eau, et les planches les différents éléments nécessaires à ce bien-être. J’ai beau travailler les problèmes comportementaux de ce cheval autant que je le veux, si les conditions de vie ne suivent pas, si les blocages physiques ne passent pas, alors mes progrès seront de fait limités. Et ne laissez personne vous persuader du contraire. La prise en charge d’un cheval (et, dans un sens plus large, du couple cavalier-cheval), que ce soit dans une optique de bien-être et/ou de performance, nécessite une approche globale qui prend en compte un nombre conséquent d’éléments indissociables.

C’est pour ça qu’aujourd’hui, le Collectif de Bouillon de Poney choisi de proposer aux cavaliers qui le souhaitent des bilans complets, en présence de trois ou quatre professionnelles aux spécialités complémentaires. Parce qu’on ne peut pas simplement clouer une planche neuve sur la barrique, ces bilans nous permettent d’estimer les différents facteurs limitants et de les corriger, un à un, de façon progressive et cohérente. Cette Approche Globale nous permet d’adresser les problèmes à leur cause plutôt que de poser de petits sparadrap tout au long du chemin. Elle mène à un équilibre sain, stable et durable.

(Les éléments que j’ai mis sur cette barrique ne sont que des exemples, mais oui, vous pouvez bien y voir un petit message subliminal que je n’ai pas fini de vous faire passer.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s