Couvrir ou ne pas couvrir ?

Carole Drevet •

C’est une question qui revient assez fréquemment et qui suscite beaucoup de débats. Je vais donc exposer mon opinion, comme souvent en consultation.

Dans un premier temps, je pense que chaque cheval est différent, chacun a sa sensibilité, ses pathologies, un travail différent et qu’il faut surtout penser ADAPTATION. Même s’il est vrai qu’à l’état naturel, les chevaux font un poil nécessaire leur permettant de s’adapter aux variations climatiques, je pense que certains trouvent un vrai confort en étant couverts.

Les différents paramètres à prendre en compte :

  • Fait-il suffisemment de poil ?
  • Présente-t-il des pathologies ? (arthrose, emphysème, cushing, dermatophylose, etc…)
  • A-t-il accès à un abris lui permettant de s’abriter du vent et de la pluie ? (surtout lorsqu’il y a cette météo sur plusieurs jours)
  • Travaille-t-il tous les jours ? (contraintes de pansage, séchage, …)
  • Quelle est son expression à l’abord de la couverture ? (certains expriment clairement lorsqu’elle leur est inconfortable)

C’est bien évidemment une liste non exhaustive et il n’y a donc pas de réponse parfaite à cette question. Je pense surtout qu’on s’adapte et qu’on voit comment notre cheval réagit via son attitude, son comportement et les tensions qu’il peut se créer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s