Les muscles en mouvement : le trapèze

Chloé Vic, Tasmin Roberts, Carole Drevet •

Le trapèze est un muscle qui se divise en deux parties : la partie cervicale et la partie thoracique. Elles prennent leur origine sur le ligament nuchal (partie cervicale) et le ligament supra-épineux (partie thoracique) et s’insèrent de part et d’autre de l’épine scapulaire.Lorsque ce muscle se contracte, il mobilise l’extrémité supérieure de la scapula vers le haut, vers l’avant ou vers l’arrière.

Dans les déplacements latéraux, il contribue à l’abduction des antérieurs. Il joue également un rôle dans la flexion latérale et l’extension de l’encolure.

Chez les chevaux avec une posture délétère, on observe le plus souvent une atrophie des deux parties du trapèze. Il est également fréquent de trouver des contractures sur le trapèze thoracique, de part et d’autre du garrot.

Les trapèzes sont des muscles fortement sollicités par le cheval, d’autant plus lorsque celui-ci est travaillé monté. En effet, c’est une des parties sur lesquelles repose la selle. Si celle-ci n’est pas correctement adaptée elle créera rapidement une atrophie des trapèzes (c’est-à-dire un affaiblissement et une destruction progressive d’un organe ou d’un tissu) ainsi que des muscles adjacents entourant la zone du garrot (rhomboïdes, spinalis…).

Ce qu’on prend souvent pour un cheval à « aileron de requin » ou garrot proéminent est très fréquemment un cheval qui a une selle qui lui comprime ou écrase ces muscles, d’où une atrophie.

Forcement, étant donné que tout est relié, ça engendre tout un tas d’autres problèmes sur tout le corps.

Rajoutons un petit point sous un angle différent encore !

On peut retrouver des problématiques au niveau des trapèzes à cause de dysfonctions ostéopathiques.
On abordera le côté neurologique cette fois : les trapèzes sont innervés par le nerf accessoire, qui prend son origine au niveau du crâne et longe les cervicales. Cela implique qu’une dysfonction de la base du crâne ou des cervicales peut impacter le circuit nerveux de ce nerf (entre autre) et la répercussion se verra donc au niveau des trapèzes qui présenteront alors une texture changée, une chaleur modifiée, une amyotrophie, une hypertrophie ou un mouvement moins ample.

Il est donc bien aussi d’avoir checké du côté ostéo 😉

Sources

Equine science, third edition, Zoe Davies
Biomécanique et Gymnastique du Cheval, J.M. Denoix
Physical Therapy and massage for the Horse, second edition, Jean-Marie Denoix, Jean-Pierre Pailloux

Illustration : planche d’anatomie tirée du Robert Barone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s