Les étapes de l’apprentissage

Chloé Vic •

Vouloir aller trop vite, trop tôt, est l’une des erreurs que je vois le plus fréquemment en travail à l’épaule et en dressage. Je vais donc partager avec vous aujourd’hui les étapes à respecter lorsqu’on met en place un nouvel exercice de gymnastique (même si, à peu de choses près, cela reste transposable à plein d’autres apprentissages).

Pour illustrer ce texte, j’ai choisi quelques extraits du travail avec Zel sur la hanche en dedans. 👉

La décomposition

C’est l’étape où le cheval apprend le mouvement geste par geste, foulée par foulée. C’est également ici qu’on pose le code qui va nous servir à demander l’exercice. Il est primordial de récompenser le moindre essai dans la bonne direction avec un timing impeccable pour que le cheval puisse comprendre notre demande et trouver une motivation à y répondre. Cette étape peut prendre quelques minutes comme durer 10 ou 20 séances en fonction de la complexité de l’exercice.

Sur la vidéo, elle correspond aux deux extraits du 10 mars. Ici, je demande juste à Zel de déplacer ses hanches vers l’intérieur de la piste lorsque je me tourne face à elle et soulève mon stick.

L’optimisation

Une fois que le cheval a compris le mouvement et l’a associé à un code, on peut commencer à perfectionner l’exercice. Pendant cette étape, les aides deviennent de plus en plus fines et le mouvement de plus en plus fluide. Progressivement, le cheval devient capable d’enchaîner de plus en plus de foulées à la suite. C’est seulement à ce moment-là que commence le renforcement musculaire (et en aucun cas à la première étape).Sur l’extrait du 20 mars, Zel répond au code de façon systématique. Je peux donc lui demander plusieurs foulées de suite et améliorer petit à petit l’angle, le rythme et l’équilibre. Au 26 mars, Zel tient sans problème plusieurs foulées en hanche en dedans. J’augmente donc la durée de l’exercice tout en continuant à apporter quelques petits réglages.

L’intégration

Lorsque l’exercice est devenu facile et banal pour le cheval, on peut l’intégrer à part entière à nos séances de gymnastique. Il devient alors un outil supplémentaire pour développer la souplesse, l’équilibre et la tonicité musculaire de notre cheval.

C’est ce que vous pouvez voir sur l’extrait du 21 mai, avec un travail sur les renvers et les appuyers destiné à aider Zel à mobiliser et à alléger son avant-main. Bien évidemment, ces étapes ne sont pas tout le temps linéaires et il est souvent nécessaire de revenir en arrière pour consolider les bases. Pour moi, la légèreté ne peut s’obtenir qu’au prix de ce minutieux travail.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s