Friday fact : le travail sur le plat commence à pied

Chloé Vic

La première raison paraît évidente : pour développer la musculature du cheval avant de lui rajouter une difficulté supplémentaire. Mais pourquoi, exactement, est-ce que c’est si important ?

En équitation, on cherche la flexion de la colonne thoracique et lombaire, la « montée du dos », pour protéger le cheval des conséquence du poids du cavalier et éviter, à terme, des pathologies tels que les conflits de processus épineux. Pour cela, les muscles extenseurs de la colonne vertébrale (erector spinae) doivent être capables de s’allonger. Le travail à l’épaule ou à la longe permet de libérer la chaîne dorsale de toute pression pour l’étirer et l’assouplir. Le même principe s’applique d’ailleurs pour l’échauffement.

On cherche également l’engagement de la sangle thoracique et des abdominaux afin d’assurer la stabilité du tronc et d’améliorer l’équilibre. À pieds, il est plus facile de venir solliciter ces chaînes musculaires de façon précise pour aider le cheval à comprendre la posture et le mouvement demandés. Enfin, le travail à l’épaule et à la longe permet au cheval d’évoluer sans subir nos propres asymétries pendant que nous travaillons à les réduire de notre côté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s