Les postérieurs

Carole Drevet, Élisa Téton

Ce petit post s’axera sur les lésions et douleurs que le cheval peut avoir et comment les détecter. (On reste sur les postérieurs pour cette fois !)

De mon point de vue ostéopathique, je pourrai simplement vous conseiller d’observer votre cheval :

  • en statique, afin de repérer des asymétries musculaires, les amyotrophies éventuelles, les tensions, voire une posture antalgique ;
  • en dynamique, afin de cibler les différences d’engagement, de facilité ou non à faire les exercices aux deux mains.

Vous pouvez également palper votre cheval avec l’intention de rechercher des zones douloureuses ou qui le gênent : chaleurs, réaction du cheval (parfois discrète mais bien présente, faut voir ça avec Clio !), déformation de la peau ou changement de texture sous la main.

Lorsque votre cheval n’effectue pas correctement un engagement du postérieur, il est intéressant de faire vérifier par un professionnel s’il ne s’agit pas d’une douleur ou d’une dysfonction avant de continuer le travail et d’assouplir les deux côtés. La douleur/gêne peut provenir des articulations (à partir des lombaires, par exemple de l’arthrose), des muscles, des tendons (tendinites), des fascias, du système viscéral ou uro-génital (on oublie pas les cicatrices post-castration par exemple) du système nerveux (hum la bonne sciatique), des pieds (abcès ou autre pathologie).

Ce ne sont que des exemples bien évidemment mais observez vos chevaux et palpez-les (se référer au stage sur le contact consenti pour mieux toucher (ou ne pas toucher) votre cheval) !

Déplacer les hanches de son cheval : mais pourquoi finalement ?

Le déplacement des hanches, même bien effectué, reste un mouvement physiologiquement inconfortable et qui demande un effort à l’équidé. Je vous propose donc d’examiner les situations où on utilise ce mouvement sans se poser la question de sa nécessité et de son impact.

Il y d’abord toutes les situations où on peut clairement faire autrement ! Prenons ici l’exemple du montoir. Si notre escabeau n’est pas déplaçable (sinon on le déplace pour qu’il s’adapte au cheval, on y reviendra) on a besoin que notre cheval vienne se mettre bien comme il faut, à la bonne distance, au bon niveau et avec les quatre pieds au sol. Ça fait déjà pas mal de demandes… On monte sur l’escabeau et là, flûte, on se rend compte, qu’on est trop loin et pas assez souple et avec un pantalon un peu serré. Qui n’a pas essayé de rapprocher les hanches de son cheval ? Depuis l’escabeau ou pour les plus courageu.ses, en faisant le tour et en le poussant légèrement ? Eh ben là, le cheval vous dit ouille ouille ouille ! Enfin non, il vous dit rien, mais dans sa tête, ce moment du montoir accumule les mémoires négatives.

Alors si on n’a pas la flemme, flemme illégitime parce que finalement, c’est nous qui provoquons ce moment, on peut plutôt lui apprendre à venir se coller au montoir en marche avant quand on le positionne. Et si ça ne fonctionne pas, prendre le temps de faire une boucle pour remettre le cheval en face et arriver en marche avant !Après, il existe des situations où il est nécessaire de déplacer les hanches.

Par exemple, pour un cheval obligé d’être immobile et à l’attache pour l’« habillage », ou dans un espace exiguë (van ou camion), bref tous les espaces et les situations où on contraint déjà fortement le cheval et qu’on n’a pas la possibilité de le faire se positionner en calculant mieux sa trajectoire en marche avant.

On aura alors toujours en tête qu’on exige un effort à son cheval. On va donc lui demander poliment, en utilisant toujours le même mot pour donner un repère qui peut s’acquérir facilement et éviter un toucher inutile et désagréable. Et remercier ! Oui moi je remercie. Ça m’oblige à conscientiser les efforts demandés.

Et on peut, bien sûr, essayer au maximum de minimiser les contraintes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s