On n’apprend pas à lire avec de la littérature

Elisa Téton

Derrière ce titre énigmatique se cache en réalité une phrase qui m’est sortie comme ça, en séance, à l’improviste… et qui résume drôlement bien ce que je pense.

J’étais donc en séance d’aide à la relation humain-cheval, avec un jeune cheval et sa partenaire humaine pour leur deuxième séance avec moi. Ils sont au début de la construction d’une relation de travail sereine et agréable pour tout le monde. Et des fois, l’impatience fait que l’on a envie que le cheval intègre immédiatement un code, une posture, une nouvelle attitude… Et qu’on passe à des exercices plus complexes et spectaculaires !

C’est là que j’ai dit à J., l’humaine : « Ton cheval a besoin de temps et de patience, il est en train d’apprendre à te lire pendant que tu apprends à écrire ! »Vous voyez le rapport avec le titre maintenant ?

Et oui, on peut déjà s’appliquer sur de petites choses, se forcer à être claire et compréhensible pour le cheval, avant de passer à plus compliqué ! « Petites choses », c’est par exemple marcher avec son cheval en licol et petite longe, entre des barres au sol, et s’arrêter à un plot.

Car on n’apprend pas à lire avec de la littérature !(Ah bon ? Ratus c’est pas de la littérature?!)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s