Le cheval et le box

Clio Marshall

En tant que comportementaliste, je passe une bonne partie de mon temps à expliquer aux gens comment répondre aux besoin de leurs chevaux. Répondre à leurs besoins sociaux, à leurs besoins alimentaires, à leurs besoins moteurs. Je suis souvent navrée du peu de connaissances des cavaliers sur ce sujet et de la maltraitance complètement banalisée qui enveloppe impunément le monde du cheval. Mais j’ai appris à ne pas en vouloir à ces cavaliers, parce qu’ils ne peuvent pas savoir ce que personne ne leur apprend. Alors je relève mes manches et me fait l’avocate des chevaux en me disant que je fais ma part, à mon échelle, pour l’amélioration de leur bien-être.

Et puis je tombe sur ça, un dimanche, en jouant avec un enfant de deux ans. L’abeille vit dans une ruche, la vache dans un pré, l’oiseau dans un nid, et le cheval… dans un box.

Il a deux ans. Il a deux ans, et le voilà déjà pollué par des images mensongères et dangereuses. Comment s’étonner que je lutte autant vingt ans plus tard avec des cavaliers et gérants de structures qui refusent de comprendre que le box est un mode de vie aberrant pour un cheval ?

P.S. : avant que vous n’ayez le temps de monter sur vos grands chevaux, je ne parle pas des passages temporaires et nécessaires en box, je ne parle pas non plus des stabulations ou autres compromis, et enfin, je ne crache pas sur le box en l’envoyant brûler en enfer. J’ai moi-même un box dans mes installations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s