Evitement et échappement, deux stratégies différentes

Clio Marshall

L’échappement est le comportement émis par un organisme en présence d’un stimulus aversif lui permettant de le faire cesser ou de s’y soustraire. L’évitement est le comportement par lequel un organisme se soustrait de façon anticipée à un stimulus aversif en ajournant son apparition (Esteve Freixa i Baqué, 1981).

Autrement dit, l’échappement, c’est le mouvement que le cheval effectue en conséquence d’un stimulus qu’il qualifie de désagréable. L’évitement, c’est le mouvement que le cheval effectue pour ne pas se confronter à ce stimulus.

L’évitement est une stratégie de défense moins coûteuse pour le cheval que l’échappement, puisqu’elle lui permet de ne pas être en contact avec le stimulus aversif.

Des expériences ont montré que les oies se mettent à l’abri lorsqu’elles aperçoivent la silhouette d’un faucon même si elles n’en ont jamais rencontré auparavant. C’est ce qu’on appelle de l’évitement inné, propre à l’espèce.

L’évitement appris se découpe lui en deux étapes. D’abord, l’animal apprend à craindre un stimulus parce qu’il est systématiquement associé à un résultat négatif. C’est un stimulus aversif. Ensuite, l’animal apprend à agir lorsqu’il perçoit un élément annonciateur du stimulus aversif pour éviter d’entrer en contact avec ce dernier. Une fois que l’association a été formée entre ce stimulus discriminatoire et le stimulus aversif, celui-ci n’a plus besoin d’avoir lieu pour que l’animal mette en place sa stratégie d’évitement.

Qu’elles soient innées ou acquises, les stratégies d’évitement peuvent être modifiées par l’apprentissage.

Évitement passif : l’animal évite le stimulus en question en restant à distance de sécurité.
Évitement actif : la fuite.

Le choix entre un évitement passif ou un évitement actif dépend de l’environnement et du stimulus que le cheval cherche à éviter.

Sources :
Une mise au point de quelques concepts et termes employés dans le domaine du conditionnement opérant, Estève Freixa i Baqué, 1981
Dictionnaire du comportement animal, sous la direction de David McFarland, 1981
https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0184851#pone.0184851.ref030
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8816904/

Retrouvez la définition du stimulus aversif dans un précédent FF : https://bibliotheque.bouillondeponey.com/2022/07/29/friday-fact-un-renforcateur-peut-etre-appetitif-ou-aversif/

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s